Luma

Je marchais tranquille
Sous une pluie battante au milieu de ces tentes
Je me suis arrêté sur le bord d’un trottoir
Prêt de rien, prêt à voir

Ce que je ne pourrai plus jamais m’en passer
Dans le bleu de tes yeux un si charmant brasier
Une goutte de sueur, un mélange de pudeur
Une parfaite osmose prêt à me prendre au cœur

Je suis resté là
Face à toi comme un astre attendant son éclipse
Je me suis avancé en t’embrassant des yeux
Comme on bénit les Dieux

Et puis jamais pour sûr je n’pourrai m’en passer
Dans le bleu de tes yeux un si charmant brasier
Une goutte de sueur, un mélange de pudeur
Une parfaite osmose prêt à me prendre au cœur

Et puis rien, c’est bien
Loin de ces quelques coups qui m’ont brisé les reins
Et puis viens, c’est loin
Le temps où nous n’pourront plus jamais être bien

Et puis jamais pour sûr je n’pourrai m’en passer
Dans le bleu de tes yeux un si charmant brasier
Une goutte de sueur, un mélange de pudeur
Une parfaite osmose prêt à me prendre au cœur

Laisser un commentaire