Marchand vers ailleurs

Sous un pont sans autre foi que celle du cœur
Face aux cons qui n’en ont pas, marchand vers ailleurs
Parti dans de drôles d’états il ne compte plus les heures
Sa devise et son combat c’est son grand malheur.

Il n’y aura pas d’envie
tant qu’on a le cœur ailleurs
Il n’y a pas de vie
tant qu’on aura peur

La lueur de certains soirs éclaire son histoire
Où ses larmes laissent entrevoir un autre regard
Il oublie son désespoir à force de boire
Partageant ses idées noires au gré du hasard

Il n’y aura pas d’envie
tant qu’on a le cœur ailleurs
Il n’y a pas de vie
tant qu’on aura peur

Nous autres qui n’faisons pas parti du naufrage
Nous murons comme chaque fois dans nos vies bien sages
Passant devant cet homme-là à chaque voyage
Mais nos yeux ne partagent pas le même paysage

Il n’y aura pas d’envie
tant qu’on a le cœur ailleurs
Il n’y a pas de vie
tant qu’on aura peur

 

Laisser un commentaire